Le label, dont le nom est tiré d’un roman dénonçant l’exploitation de l’Indonésie par les Pays-Bas, a vu ses ventes augmenter de 25 et 22 % ces deux dernières années. Après l’alimentaire, il veut désormais s’attaquer au secteur textile.